ARTS MOUVANTS vous parle de “JEANNE D’ARC”

Une silhouette frêle et fine avance dans la salle, toute de noir vêtue. 
Dans un décor sombre, aux tentures noires tendues aux murs, une potence trône, insolente, au milieu de la scène.
Séverine Cojannot apparaît, lumineuse, sous les traits si familiers de celle qui a marqué à jamais l’histoire de France, figure charismatique au visage emblématique.

De son corps tendu, incarnée, Séverine Cojannot donne corps avec émotion à toutes les facettes d’une femme au destin funeste. Enfant, femme, rêveuse et guerrière, Jeanne d’Arc incarne la soif de ces figures symboliques qui ont su regarder les étoiles et ont cru à l’immensité des possibles.

Monica Guerritore met en scène la vie de Jeanne D’arc, cette femme qui a entendu la voix des anges et qui courageusement n’a eu de cesse de suivre son destin. 
Seule en scène, Séverine Cojannot insuffle avec justesse toute la force de cette femme qui a été trahie et menée au bûcher, considérée par l ‘église comme une traitresse, dangereuse et hérétique.

Sorcière outrageuse et scandaleuse Jeanne d’Arc a subi le joug de ceux qu’elle plaçait après Dieu. 
Le texte met en exergue les convictions de cette femme au cœur inébranlable et juste qui ne cherchait pas la gloire et qui, de sa main,  a combattu l’ennemi et défendu son pays.

La mise en scène mêle la figure de Jeanne d’Arc aux héros d’hier et d’aujourd’hui. Le combat de Jeanne d’Arc est comparé à celui d’un autre, Martin Luther king, à des images devenues symboliques, comme ce jour où un homme arrêta un char sur la place Tien an Men, ou à des événements historiques forts : la chute du mur de Berlin.

Car Jeanne d’Arc est une effigie, reniée pour son combat mais aussi reniée pour qui elle était : une femme qui n’est pas restée à sa place, qui a osé porter l’armure guidée par ses voix, ses convictions.

La musique qui oscille entre l’Adagio pour cordes de Samuel Barber et Show Must Go On de Queen, nous entraine dans l’intensité d’une écriture poétique et engagée. 

S’accordant aux ruptures de rythme du texte intense et émouvant, Séverine Cojannot amène une émotion palpable, passionnée et possédée.

Sorcière qui brûle dans le feu de l’enfer, devenue une étoile qui brille parmi la constellation de ceux qui n’ont pas renoncé et ont cru en leurs rêves, la Jeanne d’Arc de Monica Guerritore touche l’universel, terriblement humaine et mère de tous les combats. 
Créé et interprétée par Monica Guerritore en Italie en 2004, « Jeanne d’Arc » a été joué plus de 450 fois devant près de 300 000 spectateurs en Italie, à Londres et à New-York, jusqu’en 2019. Tout juste 100 ans après la canonisation de la pucelle d’Orléans, le spectacle sera interprété par Séverine Cojannot, sous la direction de Monica Guerritore, à partir du 1er octobre 2020 au Théâtre de la Contrescarpe.

 

dolor vel, eleifend odio justo amet, porta.
Share This