Victoire PANOUILLET pour CRITIQUE HUMORISTES vous parle de “L’ÉTRANGE AFFAIRE ÉMILIE ARTOIS”

Un thriller psychologique retentissant
Au Théâtre de la Contrescarpe, Lucas Andrieu et Elena El Ghaoui interprètent L’étrange affaire Emilie Artois. Ce thriller psychologique tient en haleine et l’effroyable histoire qui y est contée est subjuguante. 
Lucas Andrieu incarne Alexandre Leclerc, un jeune inspecteur de police. Il fait ses premiers pas et manque d’expérience. À fleur de peau, il a du mal à masquer sa nervosité lorsqu’il se retrouve face à celle qu’il a convoquée : Emilie Artois. Une main de fer dans un gant de velours est l’expression qui convient le mieux pour décrire ce personnage incarné par Elena El Ghaoui. La jeune femme mystérieuse et sensuelle se retrouve au poste, car elle est soupçonnée d’avoir volé la carte bleue de son petit-ami. 
La suspecte avoue avec désinvolture être coupable et l’inspecteur Leclerc se dit que l’affaire est close. Cependant, alors qu’il est en train de partir, Emilie lui fait une confession qui complique le reste de l’histoire. Troublé, il se rend compte qu’il est en train de tirer le fil d’une affaire criminelle non élucidée bien plus vaste. Alexandre se pose alors une question : que veut réellement Emilie Artois ? 
 
Qui manipule qui ?
L’étrange affaire Emilie Artois est une pièce brillamment écrite par Lucas Andrieu et Emma Baudoux. L’intrigue de ce huis clos policier tient en haleine les spectateurs tout du long. De rebondissements en rebondissements, ils ne cessent d’être surpris. La prestation des deux comédiens, le co-auteur et Elena El Ghaoui, est également à saluer. Il incarne parfaitement un jeune policier qui perd la main sur son interrogatoire, et elle une manipulatrice à la fois attachante et angoissante. La musique et la mise en scène de Damien Dufour renforcent l’impression générale de cette prestation. 
Pendant 1h10, la tension monte crescendo et le doute s’installe. Qui manipule qui ? Le jeu du chat et de la souris se met en place. Ce qui pourrait être une banale conversation dans un commissariat prend rapidement la tournure d’un thriller psychologique. Le public se questionne et se prend de passion pour les deux personnages qui évoluent sur la scène du Théâtre de la Contrescarpe.