FROGGY’S DELIGHT vous parle de “À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU”

Seul en scène d’après l’oeuve éponyme de Marcel Proust interprété par David Legras dans une mise en scène de Virgil Tanase.

De la lecture (“Ecouter Marcel Proust”) à la variation warlijowskienne (“Les Français”) en passant par la causerie théâtralisée (“Proust en clair), “A la recherche du temps perdu” de Marcel Proust, oeuvre-monde, à la fois monument littéraire, mausolée d’une société disparue et réflexion sur le temps, est régulièrement portée sur scène.

Indiquant dans sa note d’intention l’envie de prolonger son plaisir de la lecture de cette oeuvre et le faire partager au public, et avec la complicité efficace de Virgile Tanase à la mise en scène, le comédien David Legra a développé une partition à la forme singulière à plus d’un titre.
En effet, pour théâtraliser cette machine à remonter le temps et à créer, par le processus de la mémoire, un présent éternel à partir d’un passé enfui matérialisé dans une oeuvre d’art, il a composé un puzzle subtil d’extraits, brefs ou longs, recomposés qui n’évoquent que de manière presque incidente certains épisodes inscrits dans l’inconscient collectif tels, entre autres, la fameuse madeleine de Tante Léonie et le coucher à Combray.

Ensuite, il s’est affranchi de la déférence rigide dévolue aux chefs-d’oeuvre et à une prose mythique dont l’oralisation dans le cadre de la théâtralisation implique l’interprétation par l’acteur usant de toute la technique vocale du comédien pour, en l’espèce, traduire en rythmes les multiples ponctuations qui maintiennent l’écriture proustienne. une écriture funambule, et soutenir, comme en musique, son expressivité.
Ainsi, en adresse au public, du grave au facétieux, en jouant les mots à l’envi et osant la fantaisie, voire l’humour avec de malicieux clins d’oeil et d’inattendus inserts, David Legras endosse le personnage du narrateur autofictionnel dans sa quête du temps retrouvé.

Celui d’un voyageur dandy de blanc vêtu apparaissant, au sens premier du terme, tel un fantôme, dans un pièce aux meubles houssés du voile de l’oubli qui se révèle sinon familière du moins suggestive d’un lieu ressortant à un espace mental pour un voyage auquel il convie le spectateur.
Et il dispense une remarquable prestation qui, n’en déplaise aux pseudo-puristes proustiens, sort judicieusement des sentiers battus.

 

tempus at libero mattis quis felis ut Donec mi,
Share This