FROGGY’S DELIGHT vous parle de “FAUSSE NOTE”

Pour sa première incursion dans le registre dramatique, Didier Caron, auteur de comédies à succès, ne choisit pas la facilité avec l’opus “Fausse note” conçu comme un face-à-face sous haute tension qui ne ressort pas au théâtre de conversation mais au drame.

Sur fond de résurgence du passé, ce drame en un huis-clos tragique est délivré comme un thriller autour de la dialectique du bourreau et de la victime et des dualismes y afférant telles vengeance ou pardon, résilience ou ressassement, responsabilité ou culpabilité, oubli ou déni, mettant les concepts moraux à l’épreuve de la réalité sensible.

Respectant la règle classique des trois unités et bien menée en termes de de cohérence fictionnelle et de gestion du suspense, la partition met en présence deux personnages douloureux, douleur de chaque instant pour l’un, par bouffée traumatique pour l’autre.

Tout commence mezzo-voce avec, à l’issue d’un concert, un admirateur mélomane, dont le comportement singulièrement insistant va revêtir une inquiétante étrangeté, qui s’incruste dans la loge d’un chef d’orchestre de renommée internationale et se révèle investigateur, procureur et juge à titre personnel en quête d’une révélation qui va se décliner de crescendo en confrontation violente.

Dans la mise en scène sobre de Didier Caron et Christophe Luthringer, deux comédiens au talent et à la puissance expressive comparables s’affrontent avec une intense présence physique et un jeu incarné.

Pierre Deny campe le visiteur apparemment inoffensif qui, une fois sa proie ferrée, ne la lâchera pas même si sa démarche court à leur perte commune et Pierre Azéma s’avère magistral en personnalité publique obséquieuse dont la superbe se délite au fil des preuves rapportées.

Une interprétation magistrale pour un époustouflant pas de deux mortifère.

 

mattis amet, facilisis Praesent nec Aliquam suscipit Nullam
Share This