Gérald ROSSI, pour L’HUMANITÉ vous parle de “GALATÉE ou la rencontre surréaliste de Dalì et Gala”

DALI DANS UN RÊVE ENSORCELÉ
« Galatée » écrit et mise en scène par Mathilde Aurier, conte une étrange rencontre par songes interposés entre Salvator Dali et sa muse Gala. Une histoire d’amour qui dura plus de 45 ans dans la vie réelle.

Comment rendre compte du tourbillon de la rencontre puis de la vie tumultueuse du peintre Salvator Dali et de sa muse Gala ? Exercice complexe, auquel se livre Mathilde Aurier dans ce « Galatée » dont elle signe aussi la mise en scène. Avec un parti pris qui passe par les rêves de l’artiste, au cour desquels il aurait imaginé cette jolie et jeune femme qu’il peignit de multiples façons.

Née en Russie en 1894, de son vrai nom Elena Ivanovna Diakonova, Gala est d’abord l’épouse du poète Paul Eluard, Eugène Grindel pour l’État Civil. Dali et Gala, se rencontrent en 1929 à Cadaquès (Espagne), où séjournent pour l’été plusieurs surréalistes invités par Dali. Ils deviennent mari et femme en 1932. En dépit de quelques aventures ça et là, ils resteront uni jusqu’à la mort de Gala, en 1982.

Sur la scène, Lola Blanchard, Baptiste Carrion-Weiss, Théo Delezenne et Eva Ramos sont les interprètes de cette séquence qui, comme le dit Mathilde Aurier « convoque les valeurs de l’irrationnel, du rêve, du désir et de la révolte ». Après une période de rodage, sans doute que l’ensemble gagnera en fluidité, mais déjà il propose un regard inhabituel, presque ensorcelé, sur une passion entre celle qui veilla sur un artiste peu commun, et ce spécialiste autant de la démesure que des montres molles.

En faisant l’impasse (mais ce n’est pas le propos) sur le Dali tristement fasciné par Hitler comme par Franco, en témoignent quelques toiles, qui valurent au couple une exclusion du mouvement surréaliste et quelques années d’exil aux USA. Dali nia toujours des sympathie avec le système nazi. Ce n’est qu’en 1948 que le couple pourra se réinstaller en Espagne. Et Salvator Dali est reconnu depuis pour ses créations imprévisibles.