PLUME CHOCOLAT vous parle de “PIERRE DAC ET FRANCIS BLANCHE ET RÉCIPROQUEMENT”

Lorsque l’on évoque Pierre Dac et Francis Blanche, l’on parle d’un temps que les moins de… ne soyons pas déplaisants, mais enfin que les « moins de pas mal d’ans » ne peuvent pas connaître puisque ce duo mythique de la radio et de la télévision s’est formé dans les années 50 (oui, celles du siècle dernier) avec les petites annonces du journal satirique l’os à moelle (fondé par Pierre Dac en 1938), avant de passer à l’écriture de sketchs dont certains sont restés très longtemps mythiques, et le sont sans doute encore pour nombre d’anciens auditeurs. Tous deux écrivains et hommes de spectacles (et de cinéma), ils feront vivre pendant plus de 25 ans l’esprit « loufoque » (de la « société des loufoques » elle aussi créée par Pierre Dac) que l’on qualifierait aujourd’hui d’absurde.

Dans ce cabaret hommage à ces deux grands noms du monde du spectacle, trois comédiens font revivre l’esprit de l’époque, en montrant que si les temps ont en effet quelque peu changé, cette écriture subtile n’a rien perdu de son mordant. Ils entraînent donc le public avec délices à la grande époque de l’ORTF tout en redonnant une jeunesse à ces textes qui, s’ils parlent de l’URSS et d’un temps où les femmes étaient encore trop souvent cantonnées à des rôles de potiches, a souvent une véritable résonnance avec notre époque, témoignant soit du fait que la vie est un éternel recommencement, soit hélas de celui qu’elle n’évolue pas si vite.

Passant de questions existentielles sur le maniement de l’aspirateur à la paranoïa d’être écoutés à la radio via les micro-cachés tout en parlant ouvertement dans celui de l’animateur,  Sophie-Anne Lecesne avec sa fausse candeur, Igor Koumpan avec sa stature charismatique et Étienne Rattier avec sa maladresse créent un univers tendre et touchant et donnent au public un sourire pour les uns de découverte, pour les autres de nostalgie… et qui dans tous les cas fait du bien !